le gouvernement s’inquiète du nombre de seniors toujours pas vaccinés



En déplacement ce vendredi à Boulogne-sur-Mer, la ministre déléguée chargée de l’Autonomie a expliqué ce phénomène par une démarche qui peut être « compliquée » pour les personnes âgées.

De trop nombreux seniors de plus de 80 ans, souvent isolés, ne sont toujours pas vaccinés contre le Covid-19. C’est le constat dressé à regret ce vendredi par la ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, qui concède que la démarche pouvait être « compliquée ».

« On a encore trop de personnes non vaccinées de plus de 80 ans », s’est-elle alarmée lors d’un déplacement à Wimille, près de Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, où elle a assisté à la primo-vaccination d’une femme de 84 ans par une infirmière libérale. Ce sujet est « délicat, parce qu’on arrive dans la sphère privée des gens » et qu’il est « très compliqué » de repérer les seniors qui manquent à l’appel, a reconnu la ministre.

« On travaille avec les maires, les collectivités territoriales, pour faire remonter ces listes de personnes (non vaccinées). La Sécurité sociale les appelle, envoie des textos, on essaie », a-t-elle détaillé.

« Continuer à convaincre »

Selon son cabinet, environ 500.000 personnes sont concernées. Le taux de vaccination complète des plus de 80 ans, pourtant les plus vulnérables face au Covid, plafonne à 86,3%, alors qu’il atteint 90,4% pour l’ensemble de la population de plus de 12 ans, et même 97,7% pour les 75-79 ans, d’après les chiffres officiels.

Les pouvoirs publics s’efforcent d’apporter une réponse aux personnes âgées qui, parce que « lourdement dépendantes », se trouvent dans « l’impossibilité » de se rendre dans les centres de vaccination, a souligné Brigitte Bourguignon: « Des équipes mobiles peuvent se déplacer à domicile, c’est très simple, il suffit de le demander, les familles peuvent le demander », a-t-elle insisté.

Dans cette population âgée toujours pas protégée, « il y a une partie purement anti-vax, mais ils ne défilent pas dans les rues, ils ne peuvent pas, et d’autres qui sont en manque d’informations », notamment sur le fait qu’ils ont droit à un transport sanitaire vers les lieux de vaccination, a encore expliqué la ministre.

Il faut « continuer à convaincre » les personnes âgées concernées, notamment pour contrer l’idée quelles n’auraient « plus le droit de se faire vacciner » ou encore « que c’est inutile » car « elles ne sortent plus ». Au risque de « s’isoler encore plus », a-t-elle conclut.



Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*