confinée malgré elle chez un inconnu, l’histoire d’une Chinoise passionne les réseaux sociaux



Comme un peu partout dans le monde en ce mois de janvier, en Chine, le nombre de cas positifs au Covid-19 remonte, et localement, les autorités réordonnent quarantaines, couvre-feux et autres confinements. En général c’est soudain, pour ne pas dire radical : la mise en place se fait dans les minutes qui suivent la décision, ce qui peut causer quelques surprises.

C’est ce que raconte Wang, 30 ans, sur le réseau social WeChat, une habitante de la mégapole Zhengzhou qui, pour en finir avec son célibat, multiplie les rencontres sur internet. Dimanche dernier, un prétendant l’invite, non pas au restaurant, mais chez lui, dans son appartement, pour lui montrer ses talents culinaires. Wang s’y rend, passe une soirée qu’elle décrit comme banale, puis, à la fin du repas, le duo apprend que tout le quartier est placé sous confinement. Les responsables de communauté font le tour des appartements : interdiction formelle de sortir. Elle se retrouve donc confinée chez cet inconnu, malgré elle, malgré lui, et décide de raconter en détail son expérience sur le réseau WeChat.

Sur WeChat, elle a filmé le salon, les repas préparés par son hôte, et son hôte (dont elle tait le prénom) en train de faire le ménage, la vaisselle, ranger l’appartement, télétravailler. « Mis à part le fait qu’il est muet comme une statue en bois, juge-t-elle, il n’est pas si mal… ses plats sont médiocres, mais il veut quand même progresser, et je trouve ça admirable. »

Aujourd’hui, elle et ce monsieur taiseux entament leur dixième jour de cohabitation. Sans coup de foudre. Mais avec un succès retentissant pour le journal de bord de Wang : ses vidéos ont été commentées des millions de fois et l’hôte inconnu, qui n’avait rien demandé, s’est retrouvé en pleine lumière, critiqué par certains internautes pour son manque d’initiative. Pour le préserver, Wang a retiré toutes les vidéos où il apparaît.

Ce qui n’a en rien stoppé l’emballement pour l’histoire en elle-même : de CNN à la BBC, en passant par la presse indonésienne, brésilienne, suisse, etc., partout, dans toutes les langues, on peut lire les déboires des célibataires confinés, sans doute parce que la situation parle à beaucoup de monde, que l’on se projette facilement à la place de Wang, ou du monsieur silencieux, et surtout parce qu’elle est emblématique des incongruités de notre époque covidée.





Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*