Benoît Payan (PS) ne soutiendra pas automatiquement Anne Hidalgo


Dans Libération, le maire socialiste de Marseille annonce qu’il sera derrière «celui qui sortira vainqueur» de la primaire populaire.

Anne Hidalgo lâchée ? Alors qu’en bureau national du Parti socialiste, cette semaine, le courant majoritaire du secrétaire général, Olivier Faure, s’est dit favorable à ce qu’elle participe à la primaire populaire, la candidate a répété à plusieurs reprises qu’elle irait «évidemment» jusqu’au bout de cette présidentielle. Sans passer par la case primaire, puisque Yannick Jadot, le candidat EELV, ne souhaite pas y participer.

Dans Libération , ce vendredi, Benoît Payan annonce qu’il n’apportera pas automatiquement son soutien à Anne Hidalgo pour l’élection présidentielle. «Je soutiendrai celle ou celui qui sortira vainqueur de la primaire (populaire). Et je ne donnerai mon parrainage qu’à la femme ou l’homme qui en sortira majoritaire», communique-t-il. Dans cet entretien, l’élu de la cité phocéenne regrette vivement le changement de cap de la candidate socialiste. «On ne peut pas dire ‘je vais à la primaire’ le lundi et, le jeudi, ‘je n’y vais pas parce qu’il n’y a pas les copains que je veux’. Il faut être cohérent. J’ai soutenu à fond sa démarche pour y aller. Je lui dis : va dans la primaire, montre ce que tu portes, donne de ton énergie et tu seras utile», lui lance-t-il.

«La gauche la plus bête du monde»

Selon lui, il n’est pas encore «trop tard» pour que la gauche se rassemble derrière un candidat grâce à cette primaire. «On en appelle tout le temps aux citoyens, et quand ils prennent des initiatives, on leur dit : ‘Ça ne nous intéresse pas’ ? Toutes ces circonvolutions ne justifieront pas cette irresponsabilité», tance le d’édile socialiste de Marseille. Et d’ajouter : «Nous sommes condamnés à être la gauche la plus bête du monde pendant encore combien de temps ? Certains candidats de cette présidentielle ont été dans le même parti, d’autres ont soutenu les mêmes gouvernements. Ils dirigent ensemble des coalitions dans les villes et on essaie de nous faire croire que pour diriger le pays, ce n’est pas possible ?».

Alors qu’à Marseille, la gauche l’avait emporté lors des dernières municipales grâce à une très large coalition, Benoît Payan en appelle à la responsabilité des différents candidats pour qu’ils parviennent à en faire de même. «Il y a des centaines de milliers de gens qui nous disent : ‘Rassemblez-vous’ Il y a des mil- lions de gens qui attendent que la gauche fasse, non pas du témoignage, mais s’unisse», plaide-t-il.

Pour l’instant, parmi les candidats de gauche, seule Christiane Taubira a accepté de se soumettre à la primaire populaire, qui aura lieu à la fin du mois de janvier, et qui réunit plus de 100.000 citoyens.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*