la Finlande réduit la durée de l’isolement malgré la flambée des cas


À l’heure où la première ministre fait face à une vague de critiques en Finlande, confrontée à une flambée record des cas de Covid-19, les autorités sanitaires ont annoncé jeudi 13 janvier réduire la période de l’isolement pour les personnes positives au virus.

«La dynamique de l’infection (étant) plus rapide avec le variant Omicron», la quarantaine actuelle de dix jours sera remplacée par une quarantaine de cinq à dix jours, les personnes présentant des symptômes étant invitées à rester chez elles sans nécessairement se faire tester, a annoncé l’autorité de santé publique THL lors d’une conférence de presse. Cette nouvelle mesure, décidée en réponse à l’engorgement des centres de dépistage conjugué à un manque d’autotests, intervient alors que le gouvernement fait face à des critiques de plus en plus vives à l’égard de sa stratégie sanitaire, qui met sous pression les systèmes de santé et les écoles, selon les critiques.

Une démission critiquée

Le pays nordique de 5,5 millions d’habitants, qui présentait jusqu’à il y a quelques semaines l’un des taux d’incidence les plus bas de l’UE, a enregistré quelque 105.000 nouvelles infections au cours des quinze derniers jours, soit près d’un tiers de l’ensemble des 360.000 cas enregistrés depuis le début de la pandémie.

Dans le même temps, la première ministre Sanna Marin a annoncé se retirer des décisions relatives au coronavirus, une mission qui incombe désormais à une partie du gouvernement, conduite par la ministre de la Santé Krista Kiuru. «Je dois m’assurer que j’ai aussi du temps pour d’autres questions», a notamment plaidé la cheffe de gouvernement dans des déclarations au journal Helsingin Sanomat. L’annonce a suscité des critiques jusque dans la coalition gouvernementale: «je vais être audacieuse et dire qu’en ce moment, la situation liée au corona est le plus grand et le plus compliqué des problèmes de la société, avec un impact sur beaucoup de choses», a ironisé la ministre des Finances Annika Saarikko citée par le journal Uutissuomalainen.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*