une « solution individuelle » sera examinée pour les personnels suspendus


Le ministère s’est engagé à « appliquer la loi avec proportionnalité et discernement dans le cadre des instances locales de dialogue et d’écoute ».

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Une tentative d’appaisement en Guadeloupe. Le gouvernement envisage une « solution individuelle » pour les personnels soignants et pompiers de Guadeloupe devant être suspendus car rétifs à la vaccination obligatoire, selon un communiqué du ministère des Outre-mer, diffusé jeudi 25 novembre. Le ministère s’est engagé à « appliquer la loi avec proportionnalité et discernement dans le cadre des instances locales de dialogue et d’écoute », est-il précisé.

« Il est légitime qu’une solution individuelle puisse être proposée à chaque personnel devant être suspendu » a ajouté le ministère, qui tiendra vendredi à 15 heures une réunion similaire avec le président du conseil régional, le président du conseil départemental et les parlementaires du territoire de Guadeloupe.

Alors que l’opposition à l’obligation vaccinale a constitué l’élément déclencheur de la crise, qui s’est étendue à des revendications sociales, les maires de Guadeloupe proposent également que les soignants ne souhaitant pas se vacciner soient soumis à des tests PCR « réguliers ». « Les travaux interministériels doivent (…) se poursuivre dans les heures à venir pour annoncer la stratégie retenue », a dit le ministère.

Les élus demandent aussi la venue de Sébastien Lecornu sur place « dans un délai assez court » et l’ouverture d’un débat sur une éventuelle évolution du statut de la Guadeloupe. Selon le ministère, Sébastien Lecornu se rendra « prochainement sur place », mais un tel déplacement « ne doit pas s’organiser sous la pression et doit s’inscrire dans le cadre d’engagements précis et partagés ».





Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*