la France y réfléchit, mais pas avant 2022



Europe 1

avec AFP
, modifié à

Le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué ce jeudi que la France étudiait la possibilité de vacciner les enfants de 5 à 11 ans contre le Covid-19, mais que cela n’aura pas lieu avant début 2022. La communauté scientifique est pour l’instant partagée sur les bénéfices de la vaccination infantile.

La France étudie la possibilité de vacciner les enfants de 5 à 11 ans contre le Covid-19, mais dans tous les cas, cela n’aura pas lieu avant « début 2022 », a indiqué jeudi le ministre de la Santé, Olivier Véran. « Cette vaccination, si elle était décidée en France, ne commencerait pas avant le début de l’année 2022 », a déclaré Olivier Véran, qui a saisi les autorités sanitaires nationales après l’approbation du vaccin de Pfizer pour les 5-11 ans par l’Agence européenne du médicament (EMA).

Pas de consensus scientifique

Dans un avis rendu public le 17 novembre, l’Académie de médecine avait recommandé de ne pas vacciner tous les enfants mais de privilégier ceux susceptibles de développer des formes graves en raison de comorbidités ainsi que les enfants vivant dans leur environnement familial et scolaire. L’Académie, dont les avis sont seulement consultatifs, a également recommandé de vacciner « les enfants vivant dans l’entourage d’adultes vulnérables, en particulier les immunodéprimés et les personnes atteintes de maladies chroniques ». 

Actuellement, seuls les plus de douze ans peuvent se faire vacciner en France. La prise de position de l’Académie de médecine était intervenue après plusieurs polémiques sur l’opportunité d’étendre la vaccination anti-Covid aux 5-11 ans, comme l’ont déjà fait les Etats-Unis et Israël.

Les bénéfices individuels de la vaccination infantile sont a priori très limités pour les enfants. Les formes graves et les décès sont très rares chez eux. Or, les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna peuvent ponctuellement provoquer des inflammations cardiaques. Des effets secondaires très rares mais à mettre en regard avec le bénéfice discutable du vaccin chez les plus petits. Toutefois, les arguments pour la vaccination des enfants sont aussi collectifs. Elle viserait à empêcher le virus de circuler parmi eux et donc, par la suite au sein du reste de la population.



Notre partenaire : 24h Actu

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*