Derrière la cavale d’une mère de famille avec sa fille, une sombre machination


RÉCIT – Durant huit mois, Fanny Birenbaum était en fuite avec sa fille Maëva, refusant que cette dernière soit placée et craignant que son mari obtienne sa garde. Avant sa disparition, elle avait tenté de convaincre la justice que son époux était le bourreau sexuel de la fillette. Une vaste supercherie.

Le 4 mars 2021, Fanny Birenbaum disparaît avec sa fille Maëva, 5 ans. Le juge des enfants du tribunal judiciaire de Montpellier s’apprêtait alors à ordonner non seulement une mesure judiciaire d’investigation éducative mais aussi le placement de Maëva auprès de l’Aide sociale à l’enfance, avec un accompagnement personnalisé au domicile du père et un droit de visite médiatisé deux fois par mois pour la mère. «Ce terme d »accompagnement personnalisé’ est une hypocrisie. C’est une manière polie de dire que Maëva serait en réalité placée chez son père. C’est ça que Fanny Birenbaum craignait et c’est ce qui a motivé sa fuite», affirme au Figaro l’avocat de la mère, Me Cyril Malgras. Bien que le couple soit séparé depuis 2017, le juge des enfants avait décidé de réclamer le placement de Maëva seulement récemment, «la situation conflictuelle entre les deux parents étant telle que l’on pouvait s’interroger sur le bien-être de Maëva», explique l’avocat.

La mère aurait-elle eu vent de cette décision ?

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*