un mort et deux blessés dans une fusillade à l’arme lourde à Aubervilliers


Les enquêteurs ne privilégient pour l’heure aucune piste. Tout laisse toutefois à croire qu’il s’agit d’un règlement de compte sur fond de trafic de drogue ou de guerre des territoires.

Un jeune homme de 20 ans a été abattu lors d’une fusillade à l’arme lourde mercredi 13 octobre dans une rue d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) située à moins de deux kilomètres du Stade de France, a-t-on appris ce jeudi de source policière. Deux autres individus âgés d’une vingtaine d’années ont également été blessés plus légèrement.

Un équipage de nuit de la brigade anticriminalité (BAC) de Saint-Denis en patrouille a été informé vers 22h qu’une fusillade venait d’avoir lieu rue du Landy, à Aubervilliers, et que plusieurs personnes étaient blessées. Rendus sur place, les agents de police ont découvert une cinquantaine de personnes rassemblées dans la rue et entourant un autre équipage de la BAC 93.

Après avoir dispersé les individus – des badauds pour la plupart -, les policiers ont découvert les trois victimes, dont un jeune homme de 20 ans gisant au sol devant l’entrée d’un restaurant, inconscient. De nationalité française et né en Algérie, ce dernier a très vite été pris en charge par les secours. En arrêt cardiorespiratoire et dans un état d’urgence absolu, le jeune homme a été déclaré mort une heure plus tard. «Il a été traversé de part en part par une balle au niveau de l’abdomen», précise la même source.

Plusieurs douilles et cartouches récupérées

S’agissant des deux autres victimes, un individu de 25 ans et un autre de 19 ans, l’une souffre d’une blessure par balle à la main tandis que la seconde «présente des éclats de plombs s’apparentant à de la chevrotine sur le mollet droit». Toutes deux ont été prises en charge par les sapeurs-pompiers dans un état d’urgence relative.

Les agents de police ont rapidement établi un périmètre de sécurité avant de procéder à une fouille de la zone à la recherche d’indices, le ou les auteurs ayant pris la fuite. Plusieurs douilles et cartouches ont été récupérées. Une cartouche de pistolet 9 mm notamment, une seconde de Kalachnikov ainsi que deux étuis percutés du même calibre.

Plusieurs témoins ont aussi été étendus. L’un d’entre eux aurait aperçu des individus courir vers le pont d’Aubervilliers peu de temps après les tirs. Un autre parle de personnes prenant la fuite à bord d’un véhicule noir.

Une enquête a été ouverte et les investigations se poursuivent. Les policiers comptent notamment sur l’exploitation d’une caméra de vidéosurveillance orientée à l’endroit où se situe le premier étui percuté. Si les enquêteurs ne privilégient aucune piste, tout laisse à croire qu’il s’agit d’un règlement de compte sur fond de trafic de drogue ou de guerre des territoires.

Il y a trois semaines déjà, un adolescent de 16 ans avait été poignardé à mort par un autre individu du même âge aux Lilas (Seine-Saint-Denis, également), pour une histoire de territoire. Une marche blanche avait été organisée quelques jours plus tard à Bagnolet, ville dont la victime était originaire.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*