Emmanuel Macron veut mettre «un énorme coup d’accélérateur» d’ici les JO 2024


Dans le cadre d’une journée consacrée au sport et aux Jeux Olympiques, Emmanuel Macron a fait part de ses objectifs sur la pratique sportive en France.

Emmanuel Macron a dit jeudi, souhaiter mettre «un coup d’accélérateur» dans la pratique du sport d’ici les JO en France, au lendemain de l’annonce par l’Élysée d’un plan de construction de 5.000 petits équipements sportifs de proximité pour 200 millions d’euros.

«L’objectif n’est pas simplement d’avoir des médailles, c’est de mettre le sport au cœur de la nation en ce qu’il nous apporte», pour lui «permettre d’être plus forte dans la perspective de ces Jeux olympiques mais aussi après», avec «un enjeu d’héritage», a souligné le chef de l’État devant la presse après avoir visité des installations sportives de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis).

Lors d’une journée entièrement consacrée aux JO et au sport, Emmanuel Macron devait ensuite superviser le chantier du village olympique à Saint-Ouen et se rendre au siège du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (COJO), à Saint-Denis. Avant de participer et d’«essayer de faire bonne figure» lors d’un match de foot caritatif avec le Variétés Club de France dans l’après-midi à Poissy, dans les Yvelines.

Le plan dévoilé jeudi est «un projet bon pour la nation tout entière», a fait valoir M. Macron à Tremblay-en-France aux côtés de la ministre des Sports Roxana Maracineanu, du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, du président du comité d’organisation des JO-2024 Tony Estanguet et de l’ex-basketteur Tony Parker.

Ces investissements vont «donner un énorme coup d’accélérateur aux pratiques» d’ici 2024, «en accompagnant le développement du sport à l’école», mais aussi la pratique «amateur en club» et «l’excellence avec le sport professionnel», a-t-il détaillé.

Il a confirmé la construction de 1.000 «citystade» (terrains multisports), 1.000 dojos et salles de sport de combat, 500 terrains de basket 3X3 pour en doper la pratique. Cinq cents terrains de tennis paddle seront aussi construits, 500 skateparks, 200 sites sportifs mobiles comme des bassins, ou encore des équipements «innovants» utilisant le numérique.

Ces nouveaux équipements seront «plus légers», «plus petits», et «proches du domicile ou du lieu de travail» selon l’Élysée, tandis que certains seront des «requalifications» d’espaces existants, comme «des rez-de-chaussée d’immeuble sociaux».

Les premiers projets du plan seront lancés «dès le mois de novembre». L’État prendra en charge «au moins 50% des frais, jusqu’à 80% en France hexagonale et jusqu’à 100% en France ultramarine», a expliqué Emmanuel Macron.

Interrogé sur les critiques concernant ses propos enjoignant les athlètes français au lendemain des JO de Tokyo à «faire beaucoup plus» en 2024 en termes de médailles, il a regretté »des commentaires journalistiques» : «Je n’ai pas vu beaucoup de sportifs ébranlés par ce que j’avais dit«, a-t-il assuré.

«On a tiré le bilan et remobilisé. C’est ce que font tous les coaches chaque jour avec leur équipe, c’est ça le sport de haut niveau», a-t-il défendu.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*