des couteaux Laguiole repérés dans la série à succès de Netflix


La série coréenne met un coup de projecteur inattendu sur ces emblématiques couteaux français.

Quand une série coréenne met en scène un emblème du savoir-faire français. Dans la série Netflix «Squid Game», qui vient d’enregistrer le meilleur démarrage de l’histoire de la plate-forme, des internautes français ont remarqué un détail surprenant : des couteaux Laguiole apparaissent à l’écran dans les deux derniers épisodes de la première saison.

Les captures d’écran partagées semblent en effet laisser peu de place au doute. Ces couteaux, distribués aux participants du jeu dans la série, ont toutes les caractéristiques des Laguiole : lame au dos anguleux, décoration en forme d’abeille, forme du manche… En examinant les images de plus près, certains internautes ont repéré une inscription sur l’un des couteaux apparaissant à l’écran : «Laguiole, Jean Néron, made in France». Soit le nom de la coutellerie qui fabrique ce modèle : la coutellerie Jean Néron, située à Chabreloche, près de Thiers, dans le Puy-de-Dôme.

Jointe par Le Figaro, sa gérante, Catherine Néron, affirme n’y être pour rien. «Nous avons nous-mêmes été surpris de découvrir nos couteaux dans la série», avoue la responsable de cette PME auvergnate de 22 salariés. À ceux qui en douteraient, il s’agit bien de vrais Laguiole, précise-t-elle, car «on reconnaît notre marque sculptée dans la lame, qui est indélébile et infalsifiable».

Comment expliquer alors la présence de ce célèbre couteau tricolore dans une série coréenne ? Catherine Néron a sa petite idée. «Nos ventes en Corée du Sud augmentent de mois en mois. En volume de chiffre d’affaires, le pays est en train de devenir notre premier marché à l’export», explique-t-elle, indiquant y avoir exporté cette année pas moins de 146.000 couteaux. Un boom que la gérante date de la crise du Covid-19, et que celle-ci a du mal à s’expliquer. «Est-ce culturellement un effet de mode lié à l’art de vivre à la française ?», s’interroge-t-elle tout haut. Un distributeur coréen jugé «très efficace» pourrait également faire partie de la réponse.

Querelle d’indication géographique

Se pose désormais la question de l’impact potentiel de la série aux 111 millions de visionnages en l’espace de 17 jours sur les ventes de Laguiole. Il pourrait être extraordinaire, comme en témoigne l’explosion des ventes de baskets Vans Slip-on blanches, portées par les participants de «Squid Game» : +7800% depuis le lancement de la série mi-septembre, selon les données de Sole Supplier. Catherine Néron s’attend, elle aussi, à ce que la série ait une influence positive sur ses ventes. «Mais encore faut-il que ce soit compatible avec nos capacités de production, qui sont déjà au maximum», se désole-t-elle.

L’apparition des Laguiole dans la série coréenne au succès planétaire remet par ailleurs sur le devant de la scène les querelles d’indication géographique entourant ces couteaux emblématiques, entre d’un côté les producteurs situés à Laguiole, dans l’Aveyron, et ceux basés à Thiers, dans le Puy-de-Dôme, où sont également fabriqués des Laguiole. Notamment ceux utilisés dans «Squid Game».

Ces dissensions ont notamment été étalées sur les réseaux sociaux. Interpellée sur Facebook par un internaute anglophone sur la présence de couteaux Laguiole dans la série, la forge de Laguiole, basée dans le village du même nom, ne s’est pas fait prier pour tacler ses concurrents auvergnats. «Les couteaux présentés dans la série ne sont pas fabriqués dans le village de Laguiole. Dans notre village, le couteau traditionnel Laguiole représente un objet précieux qui se transmet de génération en génération. Nous préférons couper un bon morceau de fromage Laguiole avec nos couteaux», a écrit en anglais la manufacture sur le réseau social.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*