les quatre hommes couchés sur la voie ferrée cherchaient à éviter les contrôles de police, selon le rescapé


Le seul rescapé de l’accident de TER, admis au centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne, a été auditionné par le parquet, ce mercredi.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

Le rescapé de l’accident de TER à Ciboure (Pyrénées-Atlantiques), qui a fait trois morts et un blessé dans la matinée de mardi 12 octobre, à proximité de Saint-Jean-de-Luz, a expliqué que les quatre ressortissants algériens étaient présents sur cette voie ferrée pour éviter les contrôles de police, a appris ce mercredi, France Bleu Pays Basque, auprès du parquet de Bayonne.

Le seul rescapé de ce drame, qui avait été admis au centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne, a été auditionné par le parquet mercredi, malgré son état de fatigue. Cet homme a expliqué que lui et ses trois compagnons, des ressortissants algériens tentant de pénétrer irrégulièrement sur le territoire français, cherchaient à éviter les contrôles de police.

C’est pour cette raison que les quatre personnes se sont retrouvées sur cette voie ferrée non éclairée et déserte la nuit. Selon le rescapé, suivre une voie ferrée permettait aussi au groupe de ne pas se perdre. Il a également indiqué que son groupe souhaitait prendre un train, sans donner plus d’informations sur leur destination. Fatigués, les quatre migrants ont décidé de se reposer en s’allongeant sur les voies.

Par ailleurs, les enquêteurs ont pu avancer dans l’identification des victimes, grâce à une collaboration avec les services espagnols, pays par lequel les quatre personnes avaient transité avant d’arriver en France. Le parquet confirme que les quatre hommes sont tous des migrants de nationalité algérienne. Les services du procureur sont en lien avec le consulat algérien pour les identifier de manière formelle.





Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*