Les États-Unis font planer la menace militaire contre l’Iran si la diplomatie échoue


Les États-Unis de Joe Biden ont fait planer mercredi la menace d’un recours à l’option militaire contre l’Iran en cas d’échec de la diplomatie pour empêcher Téhéran de se doter de l’arme atomique, faisant pour la première fois clairement écho aux avertissements israéliens. À la veille d’une visite cruciale du négociateur de l’Union européenne jeudi à Téhéran, l’impatience monte côté américain mais aussi européen, et le changement de ton est manifeste.

Washington pense «qu’une solution diplomatique est la meilleure manière» d’éviter que la République islamique devienne une puissance nucléaire, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken lors d’une conférence de presse avec son homologue israélien Yaïr Lapid dans la capitale américaine. Mais il a jugé peu «encourageants» les signaux émanant de Téhéran, qui n’a toujours pas fixé de date pour la reprise des négociations visant à sauver l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien, à l’arrêt depuis juin. «Il faut être deux pour dialoguer et nous n’avons pas constaté, à ce stade, de volonté d’en faire autant de la part de l’Iran», a déploré le secrétaire d’État, estimant une nouvelle fois que la «fenêtre de tir» se refermait à grand pas.

«Nous sommes prêts à nous tourner vers d’autres options si l’Iran ne change pas de direction», a-t-il prévenu alors qu’il était interrogé sur la possibilité du recours à la force. «Nous envisagerons toutes les options.» A ses côtés, le ministre israélien a enfoncé le clou, sans être contredit. «En disant “d’autres options”, je pense que tout le monde comprend», a-t-il lancé, dans une allusion claire à l’option militaire. Yaïr Lapid a d’ailleurs été encore plus explicite au nom de l’État hébreu, opposé de longue date à l’accord de 2015 qu’il juge insuffisant.

«Le secrétaire d’État Blinken et moi sommes des enfants de survivants de l’Holocauste. Nous savons qu’il y a des moments où les nations doivent avoir recours à la force pour protéger le monde du Mal», a-t-il déclaré. «Israël se réserve le droit d’agir à tout moment, et quels que soient les moyens», a-t-il martelé. L’ex-président américain Donald Trump a claqué la porte en 2018 de cet accord conclu entre l’Iran et les grandes puissances, et a rétabli les sanctions américaines qu’il avait permis de lever. En retour, Téhéran s’est de plus en plus affranchi des restrictions censées empêcher que son programme nucléaire aboutisse à la fabrication de la bombe.

«Protéger le monde»

Le président Biden s’est lui dit prêt à revenir dans l’accord à condition que l’Iran renoue parallèlement avec ses engagements. Des négociations indirectes entre Washington et Téhéran, par l’intermédiaire des autres signataires, ont démarré en avril à Vienne pour sauver cette entente, mais sont suspendues depuis l’élection en juin d’un nouveau président iranien. Le négociateur européen Enrique Mora, coordonnateur du texte de 2015, est attendu jeudi à Téhéran. «Je vais insister sur l’urgence de reprendre les négociations», a-t-il tweeté mercredi. Même frustration côté français, où l’on regrette l’absence de «clarté» iranienne, un «refus de négocier» et les «faits accomplis sur le terrain qui compliquent encore plus le retour» à l’accord.

Dans ce contexte où le pessimisme semble s’imposer, Yaïr Lapid était venu à Washington pour réclamer au gouvernement Biden un «plan B alternatif». Et les Américains, longtemps réticents à évoquer autre chose qu’un retour à l’accord, ont changé de stratégie en évoquant eux-mêmes ouvertement l’hypothèse d’un échec. «Nous sommes réalistes. Nous savons qu’il existe au moins une forte possibilité que l’Iran choisisse une autre voie» qu’un rétablissement de l’accord, a aussi déclaré mercredi l’émissaire américain pour l’Iran, Rob Malley. Le négociateur américain a annoncé qu’il se rendrait dans les prochains jours en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et au Qatar pour évoquer notamment les «options» pour «contrôler le programme nucléaire iranien» si les négociations n’aboutissent pas.

Antony Blinken et Yaïr Lapid ont aussi tenu mercredi une réunion à trois avec leur homologue émirati, Cheikh Abdallah ben Zayed Al Nahyane, pour tenter de relancer la dynamique du processus de reconnaissance d’Israël par les pays arabes. «Nous sommes déterminés à continuer de faire fructifier les efforts du précédent gouvernement pour élargir, au cours des prochaines années, le cercle des pays aux relations normalisées avec Israël», a dit le secrétaire d’État américain. Ces «accords d’Abraham» de reconnaissance d’Israël avaient été signés en septembre 2020 par les Émirats et Bahreïn, sous l’égide de Donald Trump qui en a fait l’une de ses principales réussites diplomatiques. Le Maroc avait suivi cet exemple, ainsi que le Soudan.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*