le premier ministre polonais va s’exprimer devant les eurodéputés


Le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki doit s’exprimer mardi 19 octobre devant les eurodéputés à propos de la décision controversée de la Cour constitutionnelle de son pays défiant la primauté du droit européen, a appris l’AFP mercredi auprès du gouvernement polonais et du Parlement européen.

Le dirigeant conservateur nationaliste a fait cette demande au président du Parlement européen David Sassoli pour «présenter la position de la Pologne» lors d’un débat prévu, a indiqué le porte-parole du chef du gouvernement polonais, Piotr Müller, sur Twitter. Le premier ministre «participera à la session plénière de Strasbourg du 19 octobre, à 9 heures», a indiqué un porte-parole de David Sassoli à l’AFP.

La crainte d’un «Polexit»

La tension entre Varsovie et Bruxelles s’est accrue depuis près d’une semaine avec la décision historique de la Cour constitutionnelle polonaise, proche du parti au pouvoir et sollicitée par le chef du gouvernement, jugeant certains articles des traités de l’UE «incompatibles» avec la Constitution du pays. Une remise en cause de la primauté du droit européen et de la compétence de la Cour de justice de l’UE qui a suscité la condamnation de la Commission européenne, d’États membres comme la France et l’Allemagne, ainsi que d’eurodéputés. Face aux craintes d’un «Polexit», des dizaines de milliers de Polonais sont descendus dans la rue pour manifester leur soutien à l’appartenance à l’Union. Mateusz Morawiecki a quant à lui assuré vouloir que son pays reste dans l’UE.

La Pologne a été plusieurs fois condamnée par la Cour de justice de l’UE pour ses réformes judiciaires controversées, accusées de saper l’indépendance des juges, mais Varsovie crie à l’ingérence dans ses affaires intérieures.

Le Parlement européen presse la Commission de déclencher à l’encontre de Varsovie un nouveau mécanisme, susceptible de suspendre le versement de fonds européens à un État qui ne respecte pas les principes de l’État de droit. Un mécanisme dont Varsovie et Budapest contestent la légalité devant la Cour de justice de l’UE.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*