Honoré en 2003 à Montpellier, un ex-maire afghan y trouve refuge 18 ans plus tard


Sur des photos d’archive, il reçoit la médaille de la ville de Montpellier (Hérault) des mains de son maire Georges Frêche: dix-huit ans plus tard, l’ancien maire d’une ville d’Afghanistan s’apprête à y retourner, pour y trouver refuge. Pour la dernière étape d’un périlleux périple, Hakimullah Ghazniwal, 60 ans, voyagera depuis la Macédoine à bord de l’avion du club de handball de Montpellier (MHB), a indiqué à l’AFP la mairie de Montpellier. Accompagné de son épouse, de ses sept enfants et d’une belle-fille, il est attendu dans la nuit de mercredi à jeudi. Hakimullah Ghazniwal avait été maire de Ghazni, à 150 kms au sud de Kaboul, de 2002 à 2008, puis conseiller du gouvernement, jusqu’à l’arrivée des talibans mi-août.

Le 21 août, il avait lancé un appel au secours, via l’adresse email générique de la ville de Montpellier: «Je suis l’ancien maire de Ghazni, en Afghanistan, et j’ai été très honoré de visiter votre ville et d’y recevoir la médaille d’honneur en 2003. Aujourd’hui, à Kaboul, (…) je sollicite votre aide d’urgence pour sortir du pays avec ma famille, car nous sommes en danger», disait-il, en s’adressant au maire actuel, le socialiste Michaël Delafosse. Depuis ce jour, la municipalité s’est mobilisée pour faciliter sa sortie d’Afghanistan, avec l’aide de l’ONG Open Society, a expliqué à l’AFP un proche de Michaël Delafosse : Hakimullah Ghazniwal et sa famille «figuraient sur la liste des personnes à évacuer, mais l’attentat (du 26 août) à l’aéroport de Kaboul n’a pas permis de leur délivrer un laissez-passer avant sa fermeture».

Une longue entente

L’ex-maire et ses proches ont finalement rallié en bus Mazar-i-Sharif, dans le nord de l’Afghanistan, le 3 octobre, d’où ils ont pris un vol pour Tbilissi (Géorgie), le 8 octobre, puis Skopje, où, hasard du calendrier, le MHB joue mercredi. Il faut remonter une vingtaine d’années en arrière pour retracer les liens entre Montpellier et Ghazni. Dans la foulée du 11 septembre 2001, les talibans sont chassés du pouvoir par une coalition internationale et Georges Frêche, maire de Montpellier depuis 1977 (décédé en 2010), entend participer à la reconstruction de l’Afghanistan.

Une délégation montpelliéraine se rend sur place, puis des autobus sont envoyés à Ghazni. Et c’est en 2003 que le maire de cette localité afghane se rend à son tour à Montpellier, y reçoit la médaille de la ville, et assiste, déjà, à un match du MHB. «C’est cette même personne que la ville de Montpellier secourt aujourd’hui, avec sa famille», explique la mairie actuelle.



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*