les prêtres doivent dénoncer les faits «à la justice», estime Darmanin


Le ministre de l’Intérieur a reçu ce mardi le président de la Conférence des évêques de France, qui avait estimé que le secret de la confession était «plus fort que les lois de la République».

Gérald Darmanin a affirmé mardi 12 octobre que les prêtres ayant connaissance de «crimes» contre des «enfants de moins de 15 ans», devaient «porter» ces faits de pédocriminalité «à la justice» et ne pas y opposer le secret de la confession. Le ministre de l’Intérieur s’exprimait à l’Assemblée nationale juste après avoir reçu, en qualité de ministre des Cultes, le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Éric de Moulins-Beaufort.

Au lendemain de la publication du rapport Sauvé qui a jeté une lumière crue sur l’importance des faits de pédocriminalité dans l’Église catholique de 1950 à nos jours, Mgr Éric de Moulins-Beaufort avait estimé que le secret de la confession était «plus fort que les lois de la République». Le ministre de l’Intérieur avait alors indiqué qu’il le recevrait, à la demande d’Emmanuel Macron, pour lui demander de «s’expliquer sur ses propos».

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase), présidée par Jean-Marc Sauvé, préconise que les autorités de l’Église relaient un message clair sur l’obligation faite au confesseur de signaler aux autorités judiciaires et administratives les cas de violences sexuelles sur un mineur ou une personne vulnérable.


» VOIR AUSSI – Révélation des abus sexuels: que va faire l’Église de France ?



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*